Louis Maury (1904-1975)

Louis Maury (1904-1975)

En fait, ces "blagues" sont plutôt des récits satiriques en vers et pleins de verve. Profitez-en : livret 40 pages, 6 € + 2 (port); chèque à l'ordre du Convise (voir page Contact)

Louis Maury est né le 22 mai 1904 au Bouyssou de Saint-Illide, a géré une entreprise conséquente dans le domaine des ponts et chaussées avant la guerre de 1940. Les séquelles d’un accident de moto (dont il avait la passion), le décès de son épouse l’amenèrent à réduire ses activités. Il devint alors carrier, tenant une carrière à Lascelles, puis à Glény (commune de Servières le Château) en Corrèze où il s’est installé après la 50ème année. Il est mort à Argentat le 17 juillet 1975.

Dur à la peine, autoritaire dans un métier où il faut savoir se faire respecter, satirique incisif mais joyeux animateur en société, tailleur de pierre chantant au bord de la Dordogne, il lui arrivait de poser un bref instant ses outils pour noter un vers venu à son esprit. La vision peut sembler littéraire, trop belle mais nous l’avons vérifiée et recueilli des témoignages. Bien des textes ont été irrémédiablement perdus mais il a publié à Aurillac vers 1964 une plaquette Les blagues de Louitou où, à côté de poèmes piquants en patois, on trouve des vers français inspirés par quelques sites serviérois de la belle Dordogne corrézienne.

Loïton rotlat.
N'i a d'aquò 'n parelh d'ans que veniá de la vila,
Amb un de mos enfants e amb la dos-chavals,
E nos aturasiam dejà da Fontanilha
Quand vegueram quicòm que n’èra pas normal.

Una femna èra aquí que se teniá lo ventre
E que realament aviá l'èr de sofrir.
« Tè, serem ben enquèra oblijats de la prendre
E puèi de la menar al prumièr medecin... »

Aviam pensat aquò còp sec que l'aviam vista,
E atanben lo filh vistament s'arrestèt.
Ieu li diguère atau : « Avètz l'èr tota trista ?
–Oui, so plan fatigada, tene pas sus mos pès.

–Cau pas demorar ’quí, montatz dins la veitura,
E puèi fasètz-nos veire ont avètz vòstre ostau.
Quand òm es coma aquò, cau prendre sas mesuras
E, per tròp esperar, agravariatz lo mau. »

N’auguère pas besonh de b-ò li tornar dire.
Per se cabrar dedins, se faguèt pas pregar,
E ieu que n’avia pas bien enveja de rire
Me demandave bien de que s'èra passat.

Arribats a l'ostau, aquela bogaressa
S'atrapèt a rire, e me diguèt aquò :
« 'Quò's malirós per ieu, mès a cada grossessa
So totjorn fatigada e atau 'quò me fa.

–Ò mès se ’quò's atau, aquò val belcòp mai ?
Dempuèi quantes de mes vos trobatz empachada ?
–Ò ! n'i a pas bien de temps : n'i a qu'una ora, pas mai,
Mès vos dise qu'enquèra n'ai las cambas copadas. »

A oui ! 'quela d'aquí, n'èra una coquina,
E 'quò's ieu que fasiá una dròlla de mina !

Louis Maury, Les blagues de Louitou.
traduction

Louitou berné.
Il y a deux ans de cela, je venais de la ville,
Avec l’un de mes enfants dans notre deux-chevaux,
Et nous nous approchions déjà de Fontanille
Quand nous vîmes quelque chose qui n’était pas normal.

Une femme était là qui se tenait le ventre
Et qui réellement avait l’air de souffrir.
« Tiens, nous serons bien encore obligés de la prendre
Et de la conduire ensuite au premier médecin… »

Nous avions pensé cela dès que nous l’avions vue,
Aussi mon fils s’arrêta-t’il promptement.
Je l’abordai ainsi : « Vous avez l’air toute triste ? »
– Oui, je suis bien fatiguée, je ne tiens pas sur mes pieds.

– Il ne faut pas rester là, montez dans la voiture,
Et faites-nous voir où est votre maison.
Quand on est ainsi, il faut prendre ses mesures
Et, pour trop attendre, vous aggraveriez le mal. »

Je n’eus pas besoin de le lui répéter.
Pour grimper à l’intérieur, elle ne se fit pas prier,
Et moi qui n’avais guère envie de rire,
Je me demandais bien ce qui s’était passé.

Arrivés à la maison, cette luronne
Se mit à rire et me dit ceci :
« C’est malheureux pour moi, mais à chaque grossesse
Je suis toujours fatiguée et cela me fait cet effet.

–Oh mais si c’est ainsi, cela vaut beaucoup mieux ?
Depuis combien de mois vous trouvez-vous enceinte ?
– Oh ! il n’y a guère de temps : il n’y a qu’une heure, pas plus,
Mais je vous dis qu’encore j’en ai les jambes coupées. »

Ah oui ! celle-là, c’était une coquine,
E c’est moi qui faisais une drôle de mine !

 118box.com

Zacharie Chanet : Les tres Rouquets (1913)

Les cordonniers de Laroquebrou

Cahier du Convise n° 2

Retour en haut de page

Louis Maury (1904-1975)